Maison connectée et Assurances

En étant de plus en plus connecté, notre mode de vie a considérablement changé et celui-ci s’applique progressivement à notre habitat. En effet, avec l’apparition des objets connectés, de nombreux appareils sont aujourd’hui disponibles pour rendre notre maison intelligente. Ces objets connectés permettent à l’utilisateur une amélioration de son confort mais également plus de sécurité au travers de capteurs permettant à l’utilisateur d’être alerté en cas de fuite d’eau, d’effraction, de fumée ou de surconsommation électrique.

Face à la croissance du nombre d’utilisateurs, de nombreux acteurs se positionnent sur le marché en proposant des offres innovantes. Parmi ces acteurs, on trouve les assureurs intéressés par les appareils de sécurité comme les alarmes ou les équipements de surveillance, ainsi que les infrastructures de la maison comme les équipements électriques, les systèmes énergétiques ainsi que l’alimentation d’eau.

Quelles conséquences?   

Les assureurs peuvent tirer avantage et surfer sur la vague de la maison connectée. En effet, cette solution offre des avantages aussi bien pour l’assuré que pour l’assureur.

La maison connectée offre une certaine sécurité car en cas de problèmes, l’utilisateur pourra être averti via une simple notification sur son smartphone. Ces mesures de prévention et de détection doivent normalement faire baisser le risque habitation pour les clients équipés. Malgré tout, les clients équipés de ces solutions ne pourront pas bénéficier d’une réduction de leur cotisation d’assurance mais cela aura un impact sur la franchise (charge restant à la charge de l’assuré dans le cas où il survient un sinistre).

Pour citer des assureurs sensibles à la maison connectée, on peut prendre l’exemple de la Macif, de la Matmut et Groupama. La Macif offre une assurance habitation proposant à ses clients d’être alertés sur le smartphone ou par email en cas d’intrusion, de fuite ou même de la présence de fumée. On peut également parler de Axa avec son offre maison connectée lancé en 2015. Devant l’intérêt suscité par la formule, qui permet de gérer tous les objets sur son appli, Axa a décidé d’enrichir ses services de protection à domicile dans le cadre de sa nouvelle assurance habitation. Pour Axa, Cela donne alors accès à l’assuré aux quatre services suivants : intervention d’un agent de sécurité, surveillance du logement jusqu’à 72 h, prise en charge des réparations, aide aux démarches administratives. En revanche, le prix des objets connectés seront eux au frais de l’assuré. En privilégiant un écosystème ouvert, Axa pourra récupérer les informations enregistrées par différents objets connectés (comme les caméras ou les détecteurs de fumée connectés) sur une seule et unique application mobile, baptisée “Mon Axa”. Axa a développé un partenariat avec de grandes marques comme Philips, Nest et Orange.

Les assureurs ne s’y trompent pas et voient le réel potentiel des objets connectés dans la diminution des risques. Une étude réalisée par Morgan Stanley montre que, grâce aux objets connectés permettant une plus grande sécurisation du domicile ainsi qu’une détection des sinistres, le potentiel de réduction des risques est de l’ordre de 40 à 60%.

En plus, le marché est prometteur. Une étude réalisée en 2016, par OpinionWay pour la Macif, montre que seulement 7% des Français sont équipés alors que 28% se disent prêts à s’équiper en solutions de surveillance.

Les assureurs afin de tirer avantage de ces nouvelles solutions s’adaptent et offrent des analyses plus personnalisées du comportement des assurés et sont capables d’offrir une tarification plus adaptée.

Du point de vue de l’assuré, cette évolution offre de nombreux avantages :

Une tarification calculée par rapport au risque réel

Une plus grande sécurisation de l’habitat

Une offre élargie de produits et de services

Une amélioration de l’expérience client

Quels sont les freins ?

Le sentiment d’être surveillé ?

Avec ces technologies, ce n’est pas l’utilisateur qui est surveillé mais les équipements de la maison. L’assuré et l’assureur ont tout intérêt à voir se démocratiser des capteurs intelligents dans les habitations. L’assuré gagne en terme de sécurité ainsi qu’en terme de dépense énergétique annuelle (eau, électricité ...) et l’assureur bénéficie d’une réduction du risque de sinistres.

Un coût encore trop élevé ?

Le prix demeure encore un frein majeur : en moyenne autour de 52€ par mois, 1 Français sur 3 estime que de tels services sont trop chers. Selon le sondage, 12€/ mois serait le juste prix envisagé pour sauter le pas.

Pour en savoir plus : 
 

http://www.optimindwinter.com/ressources/presse/articles/telechargement/602/201607-le-figaro-maison-connectee-assurance-optimind-winter-eb-pdf/

https://www.ffa-assurance.fr/content/habitat-connecte-vers-un-nouveau-business-model-pour-les-assureurs-dommages

http://www.objetconnecte.net/assurances-adapter-nouveaux-enjeux/

https://www.lesechos.fr/12/04/2016/lesechos.fr/021835723082_les-assureurs-entrent-dans-la-maison-connectee.htm

Trustpilot